Chronique ciné : Volver de Pedro Almodóvar

Dernier film en date : Volver de Pedro Almodóvar.

6 - Volver

Lire la suite

Publicités

Chronique ciné : Camille Claudel

Dernier film visionné : Camille Claudel de Bruno Nuytten, avec Isabelle Adjani et Gérard Depardieu.

4 - Camille Claudel.jpg

Ce film nous plonge dans la vie de la sculptrice Camille Claudel, ainsi que son idylle déchirante avec Auguste RodinOn suit ainsi la jeune femme de ses débuts jusqu’à sa déchéance. La sculpture tient naturellement une place immense : le rapport intense, presque charnel que Claudel et Rodin entretiennent avec la pierre, avec leurs créations est très intéressant à voir. Entre influence et rivalité, ce rapport de maître à maître prendra beaucoup d’espace dans leur histoire… Mais il y a aussi les tourments tous personnels, Rodin vivant entre deux femmes et refusant de quitter sa compagne de longue date pour Camille.

Suite à leur rupture, celle-ci se replie sur sa souffrance et sombre de plus en plus dans la paranoïa… Obsédée par Rodin, elle se croit persécutée de lui à chaque revers, alors qu’il s’efforce plutôt de l’appuyer. Certaines confrontations entre eux sont d’une intensité rare, empreintes d’une fureur qui vous retourne. La performance d’Adjani dans la peau de l’artiste qui glisse progressivement vers la folie est extrêmement forte ; une scène où elle détruit ses propres œuvres, notamment, m’a vraiment frappée. Les deux acteurs principaux, très habités, portent vraiment le film. (J’aurais seulement aimé voir un peu plus des rapports de Camille avec sa famille, et particulièrement son frère : cette relation est elle aussi bouleversante et essentielle dans le parcours de l’artiste, mais se trouve davantage en arrière-plan.)

 

Chronique ciné : Joy

Le film du jour : Joy de David O. Russell.

Inspiré d’une histoire vraie, il raconte le parcours d’une jeune entrepreneuse qui se bat pour son projet et sa famille, en dépit de toutes les épreuves. Depuis son plus jeune âge, Joy (Jennifer Lawrence) a de l’or au bout des doigts et des idées plein la tête. Elle invente, sans cesse, des objets du quotidien. Mais face à la difficulté, au divorce de ses parents, puis au sien, à la nécessité de prendre soin de ses enfants et d’une mère dépressive, elle s’est oubliée. Et puis après des années passées à ne se consacrer qu’aux autres, un beau jour, elle se réveille… Sa création : un simple balai-serpillière, mais bien plus performant que tout ce qui existait jusqu’alors — l’œuvre d’une simple jeune femme au contact constant des contraintes du quotidien. Et c’est là le début de l’aventure, malgré toutes ses difficultés.

Lire la suite

Chronique ciné : Mon Oncle d’Amérique d’Alain Resnais

Dernier film visionné : Mon Oncle d’Amérique d’Alain Resnais, avec Gérard Depardieu et Nicole Garcia.

Ce film est très difficile à résumer… Il mélange l’histoire de trois personnages : un homme politique, un directeur d’usine d’origine modeste, une actrice. Les rapports entre ces personnages sont illustrés de manière entrecoupée, ponctuée de commentaires psychologiques qui tiennent du documentaire. On y évoque les instincts qui régissent la conduite humaine, la recherche du plaisir, la vie en société, la fuite et le combat, les mécanismes de domination. Le lien, d’abord un peu flou, devient plus clair au fur et à mesure du film. Les choix et les impulsions des personnages, la part de domination dans leurs relations en sont éclairés.

Ce mélange est déconcertant mais aussi très intéressant, surtout vu mon goût pour la psychologie (surtout sociale). Je poursuis aussi ma découverte de Nicole Garcia (déjà vue dans Les Uns et les Autres), en plus de Depardieu, toujours émouvant dans les rôles les plus divers. Il campe ici un homme plutôt discret, un exécutant, mais qui aspire à faire ses preuves — toujours en vain, tristement. Nicole Garcia, elle, est déchirée par une histoire d’amour avec un homme marié. Des trajectoires qui n’ont rien d’exceptionnel, mais sont révélatrices de la manière dont fonctionne l’être humain.

32