Hello d’avril

printemps-269974

Bonjour, bonjour… J’espère que vous allez bien en cette journée de printemps.

Juste un petit message pour dire que je ne vous oublie pas… Entre deux petites traductions, je travaille actuellement pour une start-up qui propose des résumés de livres de non-fiction, pour se cultiver de manière un peu synthétique sur toute une variété de sujets. Société, économie, bien-être, biographies, il y en a pour un peu tous les goûts. Pour découvrir la plate-forme, c’est ici : Koober.

À part ça, je me suis récemment remise à lire beaucoup alors je fais mon chemin dans ma pile d’indés. Petite pause sur les chroniques, je pense m’y replonger tranquillement une fois arrivée au bout de ma liste. (Laure, si tu lis cet article, j’ai adoré ton livre ! Je te fera un beau commentaire dès que possible.) Puis ce sera retour aux classiques ! 

Bon dimanche à tous !

Nouvelle année…

Un petit mot pour vous souhaiter à tous une très bonne année, et qu’elle vous apporte autant de joies que possible, et de la force pour traverser les épreuves inévitables.

De mon côté, des résolutions ? Pas vraiment, j’avoue que je n’y crois pas trop — quelques objectifs en tête, mais avancer, cela se fait jour après jour, pas juste après une grande décision le soir du 31. Parmi les idées à retenir, moins négliger ce blog, sans nul doute ! Et bien sûr écrire davantage…

Pour conclure, deux citations qui méritent bien une pensée en ce premier de l’an — d’abord Oscar Wilde et sa sagesse lapidaire :

« Il ne faut pas chercher à rajouter des années à sa vie, mais plutôt essayer de rajouter de la vie à ses années. »

Et puis pour un instant de beauté, de passion et d’espoir, les vœux vibrants de Jacques Brel en 1968 sur Europe 1 (je me fais relais après les avoir découverts sur Facebook via mon boss…).

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Ça réchauffe, non ?

sun-view-from-airplane-10959531raeli

Que 2016 vous réserve le meilleur.

Société de consommation 2/2 : mon porte-monnaie, l’autre et moi

Petit retour arrière : dans mon article de cet après-midi, j’étais un petit peu inquiète sur la tendance de notre société à nous coller de plus en plus tôt à nos écrans avec de la glu. Dans cette deuxième partie, je remonte sur ma licorne et je bavarde sur des aspects un peu plus joyeux : on part sur mes cours en ligne (merci Internet !) et on arrive à un petit secret pour que l’argent fasse le bonheur. Ça fait déjà plus envie !

Lire la suite

Petit passage…

Dimanche tranquille, entre traduction, psycho, un peu de lecture et de détente…

En regardant de loin « Vivement dimanche prochain » ce soir, j’ai entendu la promo du prochain film de Claude Lelouch, et de très touchantes paroles d’acteurs sur la générosité et le talent de ce dernier dans son travail. C’est parfois tellement beau d’entendre des artistes parler d’autres artistes, ou bien de leur passion. À chaque fois, cela réveille mes vieilles envies de théâtre ; j’ai loupé le coche cette année avec la troupe de ma nouvelle ville, mais peut-être à l’avenir… Cela m’a aussi donné l’envie de découvrir des films de Lelouch, et ça c’est faisable de manière plus rapide.  J’aimerais bien me plonger un peu plus dans le cinéma en ce moment, même si j’imagine que ça attendra que ma phase psycho se soit un peu calmée…

Lire la suite