Coup de cœur « Fotofever 2017 »

PhenixArtÉbène

Victime de son succès l’année dernière, ce qui lui a permis de se positionner en tant que première foire d’art dédiée à la découverte et la collection de la photographie contemporaine à paris, Fotofever revient pour sa 6e édition au carrousel du Louvre à Paris du 10 au 12.

Ils sont 80 galeries présentant 150 artistes émergents.

Nous avons décidé de nous arrêter sur le travail du photographe Éric Ceccarini et de la plasticienne Séverine Metraz, qui à travers leur collaboration ont donné naissance à la série « Dusty Free ».

Du mariage des deux univers des artistes Eric Ceccarini et Séverine Metraz est née la série « Dusty Free Icons ».

Les collages rock’n roll de Séverine habillent ces corps de femmes nues, ajoutant de l’irrévérence au thème traité qu’est La Religion.

Eric les magnifie en capturant des instants qui semblent irréels… Le résultat ? Des photographies iconiques…

View original post 37 mots de plus

Publicités

Gauguin l’alchimiste

PhenixArtÉbène

Du 11 octobre au 22 janvier 2018, Le Grand Palais à Paris en partenariat avec l’Art Institute of Chicago et l’établissement public des Musées d’Orsay et de l’Orangerie, consacre une immense rétrospective à l’œuvre de Paul Gauguin. La scénographie mis en place pour l’occasion nous plonge dans la vie artistique de l’auteur, lui qui avait une façon d’aborder l’art sous différentes facettes.

Trois semaines après la sortie du film « Gauguin – voyage de Tahiti », L’exposition « Gauguin l’alchimiste » qui s’ouvre ce jour au Grand Palais se penche sur les techniques et expérimentations de l’artiste dans divers domaines: peinture, gravure, céramique, sculpture, dessin… fasciné par la matière et toujours en quête de source vive.

L’ensemble des œuvres exposées se composent d’environ 250 pièces venues du monde entier : 35 dessins, 30 céramiques, 30 sculptures, 60 estampes, 15 bois gravés et 55 peintures.

La scénographie nous conduit pas à pas dans la…

View original post 300 mots de plus

L’art du clou par Alexis Peskine

Magnifique.

PhenixArtÉbène

Jeune artiste plasticien aux multiples facettes, Alexis peskine, né le 29 septembre 1979, tire ses origines d’un père Franco-Russe et d’une mère Afro-Brésilienne. Il grandit dans une famille où l’art occupe une place prépondérante et où il puise son esprit de tolérance, d’ouverture aux autres cultures et de curiosité intellectuelle.

Après un premier passage par un CFA des arts graphiques, il est repéré pour faire partie du Camp Nike aux USA où il part en 1997 en sport-étude pour pratiquer le Basket.

Une fois à l’université, il décide d’étudier l’art et de s’y consacrer à plein temps.

En 2003, il sort diplômé d’un Bachelor Of Fine Art et un an plus tard d’un Master of Digital Art de la Howard University à Washington, surnommée aussi la « Mecque » par les intellectuels africains-Américains, parce que majoritairement constituée de noirs.

Grâce à la prestigieuse bourse Fullbright, il intègre l’école des beaux-arts du Maryland…

View original post 230 mots de plus

« Les forêts natales. Arts d’Afrique Équatoriale Atlantique » au musée du Quai Branly

Une multitude de cultures, un seul mouvement vers la beauté ou le sacré…

PhenixArtÉbène

L’exposition « les forêts natales, Arts d’Afrique équatoriale atlantique » s’est ouvert ce matin, après l’inauguration d’hier soir au musée du Quai Branly et ce jusqu’au 21 janvier 2018.

La scénographie de l’exposition nous invite à un voyage au cœur de l’immense forêt équatoriale où la création s’exprime principalement à travers deux types d’objets :

des statues reliées au culte des ancêtres

et des masques liés aux entités spirituelles qui contribuent au bon fonctionnement de ces sociétés.

Il s’agit ici du plus grand ensemble de productions artistiques d’Afrique Équatoriale Atlantique du 17ème au début du 20e siècle jamais exposé.

Images

Le nord de l’Afrique équatoriale atlantique.

Le culte des ancêtres est au coeur de la vie spirituelle des Fang, qu’il s’agisse de la chance, de la fécondité des femmes, du succès à la chasse ou encore de la richesse.

Statue d’ancêtre, gardien de reliquaire

L’Est de l’Afrique Équatoriale Atlantique

Le culte…

View original post 157 mots de plus

Docu : Francis Bacon, entre violence et déchirements

Nouvelle découverte sur le replay d’Arte : après Agatha Christie, c’est cette fois Francis Bacon qui se trouve à l’honneur. (Le documentaire, diffusé le 13 septembre, est encore disponible à l’heure où je tape ces lignes.)

francis-bacon-portrait-de-george-dyer

Trois Études pour un portrait de George Dyer

Je ne connaissais pas Francis Bacon (ma culture artistique n’est pas très étendue, je découvre par bribes), alors cette émission m’a permis de me faire une idée de l’artiste et de l’homme. Les tableaux sont très perturbants, l’esthétique ressort d’ailleurs bien mieux sur écran (même petit) que lors d’une recherche Internet… Au fil du documentaire, on voit surtout se dessiner un être tourmenté, empli d’une grande violence. Ses histoires d’amour tumultueuses, les aspects sadiques du personnage, le suicide de deux de ses amants ont beaucoup marqué son œuvre. J’ai beaucoup apprécié de voir tous les témoignages de ceux qui l’ont côtoyé… C’est toujours assez captivant de suivre le parcours de grands artistes, avec leurs élans créatifs et leurs tourments intérieurs. Bacon était de ceux qui créent le mieux dans la souffrance… et c’est assez éloquent.

 

bacon_1489916c

Irving Penn, Le centenaire…

Partage d’un petit moment esthétique… Même vues un peu de loin, les photos valent le détour !

PhenixArtÉbène

Pour célébrer le centenaire de la naissance du célèbre photographe américain de mode Irvin penn, Le grand palais à paris lui consacre, en association avec Le Metropolitan Museum of Art de New-York, une rétrospective du 21 septembre 2017 au 29 janvier 2018

Irving Penn (1917-2009) célèbre photographe de mode Américain, connu à travers le monde pour ses portraits pénétrants et intimiste est célébré au Grand Palais à Paris à travers une rétrospective de ses célèbres clichés.

La scénographie mis en place pour nous plonger dans ce qui a été l’univers de Irving Penn, nous conduit tour à tour de ses premières photographies de rue, en passant par le magazine de mode Vogue (où il marqua de son empreinte pendant plus de soixante ans en réalisant plus de cent cinquante couvertures ) et ses « moments du passé ».

Ballade au sein de l’univers de ce photographe hors pair, qui a marqué de…

View original post 67 mots de plus