Comme un goût de voyage…

Après une longue période d’absence, voici un bref passage…

J’ai été très prise par le travail dernièrement, particulièrement avec la traduction d’un livre. Je n’ai actuellement pas la liberté de vous en dire plus tant que l’ouvrage n’est pas sorti, mais entre-temps s’est produit un autre événement : la parution du premier projet de la sorte que j’avais pris en charge en début d’année, le livre de photos Wild : Les Derniers Espaces sauvages de Peter et Beverly Pickford, aux éditions Paulsen.

data-2_2

Lire la suite

Publicités

Interview de Carine Chichereau

Un entretien absolument passionnant. En tant que jeune traductrice, j’ai été captivée par l’approche de cette professionnelle — je cherche encore l’équivalent de « boire ses paroles » pour un texte écrit ! Une vraie ode à l’amour de la et des langues.

Les Imposteurs

31143753_2117882545165315_954498868844691456_n

Carine Chichereau a traduit soixante-quinze textes, dont des œuvres de Raymond Carver, Lauren Groff, Jane Smiley, Chinelo Okparanta, Julie Otsuka, Virginia Reeves, Maria Semple, Meena Kandasamy, Fiona McFarlane ou encore l’écrivain irlandais Joseph O’Connor. 

Rencontre avec une traductrice qui exerce avec passion son métier depuis vingt ans sans avoir perdu son enthousiasme.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours : comment êtes-vous devenue traductrice ?

C’est ma volonté d’écrire qui m’a amenée à traduire. J’ai commencé à écrire vers l’âge de douze ans, mais j’ai vite compris que je ne pourrais pas en faire un « métier », que je ne pourrais pas gagner ma vie ainsi, et qu’il me fallait une autre profession. Ensuite, j’ai fait entre autre des études d’anglais, et un jour, lors d’un stage à la revue Europe, on m’a donné des textes à traduire. J’ai adoré faire ça. C’était sur Beckett. Donc j’ai choisi d’orienter mes études vers la traduction…

Voir l’article original 7 129 mots de plus

Flash news

Encore quelques heures pour profiter de la promo gratuite sur mes traductions de L’Allée des disparus et L’Héritier mystérieux, deux romans policiers libres de droits par Anna Katharine, datant respectivement de 1897 et 1906. Pour l’instant, ça marche un peu mieux que la semaine dernière pour mes propres romans — les livres figurent tous les deux dans le Top 100 Amazon des ebooks gratuits, catégorie Policier et Suspense ! (Numéro 44 et 52 à cette heure… pas mal.)

Lire la suite

Promo gratuite : policiers à l’ancienne

Ce week-end, la mode est au policier : je propose gratuitement mes traductions de L’Allée des disparus et de L’Héritier mystérieux, deux romans libres de droits de l’auteur américaine Anna Katharine Green. Cet écrivain, dont les œuvres sont parues entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, aurait inspiré Agatha Christie (notamment pour le personnage de Miss Marple) et Arthur Conan Doyle.

Les intrigues d’Anna Katharine Green mêlent suspense et psychologie. L’atmosphère et le style de ses écrits ont un petit côté suranné qui m’a évoqué Jane Austen, par exemple. J’ai pris beaucoup de plaisir à traduire et à partager ces œuvres inédites en français, que j’espérais faire découvrir à ma petite échelle d’autopubliée. Si vous aimez ce genre d’ouvrage, n’hésitez pas à tenter l’aventure et à me faire savoir ce que vous en pensez !

Un mot sur L’Allée des disparus (Lost Man’s Lane) :

Dans un petit village de montagne, de mystérieuses disparitions s’enchaînent sans aucune logique visible… On croirait que les gens disparaissent de nulle part, et toujours sur cette même route lugubre ! On la surnomme même maintenant l’Allée des disparus. Un vrai casse-tête pour l’inspecteur Gryce, mais voilà qui ne concerne en rien son ancienne associée Amelia Butterworth. Oui, mais sur cette même route vivent les trois orphelins de sa vieille amie Althea Knollys… Il faut protéger ces jeunes innocents — mais leur innocence est-elle bien sûre ? Que cachent la si calme Loreen, l’arrogant et grossier William… ou la si frêle, si délicate Lucetta, toujours hantée d’un air de terreur ? Et surtout, que cache leur sinistre vieille maison où des choses bien étranges semblent se tramer ?

Et pour L’Héritier mystérieux (The Chief Legatee) :

La mariée a disparu ! C’est le jour même de ces noces que le monde de Roger Ransom se trouve terriblement ébranlé : sa merveilleuse jeune épouse disparaît mystérieusement… et, tout semble l’indiquer, de son propre chef. Pourtant, il en est convaincu, ce n’est pas de son plein gré qu’elle l’a abandonné. Alors, quel étrange secret a bien pu ressurgir pour la hanter ? Qui est cet homme étrange dont la vue, après la cérémonie, a semblé tant l’épouvanter ? Plus le mari désespéré se bat pour retrouver sa belle, plus celle-ci semble s’ingénier à brouiller les pistes… C’est tout un enchevêtrement de secrets de famille qui se révèle peu à peu, mais qui croire ? Et quelle funeste signification prêter au testament que Georgian a subitement décidé de faire rédiger ?

Merci pour votre lecture et bon week-end 🙂

Et une trad à la une !

J’ai eu mon moment du week-end : ce matin en parcourant Le Monde, je tombe dans le petit encart « Les sites du groupe Le Monde » sur ma traduction sur le dernier Star Wars pour le Huffington Post !

sw-the-force-awakens

Ça, c’est de la visibilité 😀 Ça fait drôle sur le moment. (En plus, j’avoue ne pas suivre la saga — intimidée par le nombre de films à rattraper ! — donc j’y suis allée en mode « saut dans l’inconnu », recherches à l’appui…)

Très bon week-end à tous 🙂

Bilan post-promo et petite mise à jour de début de semaine

Petit bilan de la promo gratuite de L’Allée des disparus, pas trop mal : le livre a voyagé entre 20 et 35 dans le Top 100 en Policier et Suspense, tout en restant à la limite pour la catégorie Littérature. J’espère y avoir gagné quelques lecteurs… et, on ne sait jamais, peut-être plus de commentaires !

Merci à tous ceux qui ont acheté le livre, partagé mes posts ou m’ont exprimé leur soutien et leurs encouragements, j’apprécie beaucoup.

Je suis toujours à fond sur la révision de Funambules, et ravie d’annoncer que j’ai à présent passé la moitié ! En plus, la première partie du roman était le plus gros « chantier », ou disons qu’elle nécessitait le plus de petites modifications. J’espère continuer à bien avancer… ensuite, encore quelques relectures et il pourrait bien finir par être prêt !

Donc je me consacre à ça pour démarrer la semaine, en attendant que le boulot reparte. Avec le soleil et le jour qui se lève plus tôt, ça donne de l’entrain !

Bonne semaine à tous, j’espère qu’elle commence tout aussi bien pour vous !