Chronique de lecture : L’Auberge de la Jamaïque de Daphné du Maurier

Après Rebecca, je tente un second livre par Daphné du Maurier : L’Auberge de la Jamaïque.

M02253006874-large

L’Auberge de la Jamaïque est un repaire de brigands, un lieu redouté dans toute la contrée environnante. Mary Yellan y trouve refuge après la mort de sa mère, venue retrouver la seule parente qu’il lui reste : sa tante. Mais le mari de celle-ci se dévoile vite comme un inquiétant bandit, rude et cruel, doté d’un fort penchant pour l’alcool. Pourtant, Mary reste, soucieuse de protéger sa tante. Et un autre personnage vient compliquer encore cette trame : le frère du sinistre aubergiste, un jeune homme vivant lui aussi une vie aventureuse, dont elle a bien peine à démêler le degré d’implication dans l’affaire…

Avec ce livre, j’ai retrouvé le style si plaisant de la littérature anglaise, qui ne manque jamais de me charmer. Une héroïne brave et fougueuse, quelques lascars peu recommandables à la Heathcliff, un cadre aussi beau qu’inquiétant (des landes qui rappellent elles aussi Les Hauts de Hurlevent) et des sentiments bien passionnés : je n’en demande pas plus pour passer un bon moment !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s