Chronique de lecture : Un sur deux de Steve Mosby

Ma dernière lecture fut un saisissant thriller : Un sur deux de Steve Mosby.

51EtJ4V188L._SX301_BO1,204,203,200_

Dans ce livre, deux policiers éprouvés par la vie, la culpabilité et le deuil — un éminent inspecteur se relevant d’une dépression, un débutant hanté par le décès de sa petite amie — sont confrontés à un tueur des plus perturbants. Celui-ci s’attaque à des couples qu’il soumet à une torture autant psychologique et physique. Les règles de son étrange « jeu » : à l’issue de la nuit, l’un des deux choisira qui de lui ou de son conjoint va mourir. Son but apparent : fissurer leur union, dévorer leur amour et amener l’un à abandonner l’autre. Pour cela, il se glisse d’abord dans leur intimité et les observe pendant des mois, notant leurs moindres failles et tous les manques susceptibles de les éloigner…

Le livre est très bien écrit et absolument haletant. Il alterne les points de vue de divers personnages, pratique que j’apprécie toujours beaucoup pour la grande variété psychologique qu’elle permet, et qui sert ici des retournements de situation d’une brillante intelligence. L’intrigue est bien sûr captivante et toutes les figures d’une grande richesse, autant les victimes, avec leur terrible vécu, que les enquêteurs pour lesquels ces faits font cruellement écho avec leur histoire personnelle.

500 pages d’un écheveau subtil qui se dénoue petit à petit avec une intensité jamais démentie, nous réservant des surprises jusqu’à la dernière minute. Je le recommande absolument !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s