Françoise Dolto : l’enfant et les mots

À l’occasion des trente ans du décès de Françoise Dolto, dont l’anniversaire tombait samedi dernier, j’ai eu envie de m’intéresser un peu à cette grande figure de la psychanalyse.

Je suis alors tombée sur une très intéressante émission de radio à son sujet : pour ceux qui connaissent, la première partie d’un numéro d’Affaires sensibles de Fabrice Drouelle.

Quelques réactions ci-dessous…

Francoise-Dolto-1908-1988_0_729_400.jpg

Françoise Dolto est fréquemment accusée, par son insistance sur le dialogue dans l’éducation, d’avoir favorisé les problèmes liés à l’enfant roi. Et ce alors même qu’elle prônait au contraire l’apprentissage de limites, indispensables à la vie en société

Au fond, au cœur de tout ça, il y a la conception qu’on se fait du langage et de la manière de parler à l’enfant. Expliquer, ce n’est pas forcément se justifier ni remettre en cause son autorité. À mon sens, parvenir à donner sens à une règle permet au contraire de la renforcer — et d’apprendre à l’enfant à raisonner. S’il ne peut pas faire ceci ou cela, ce n’est pas par arbitraire : les règles ont leur sens, mais c’est ce qui fait leur force et il doit s’y conformer.

Et justement, si l’enfant apprend très tôt à écouter, à se rendre compte des conséquences de ses actes, cette habitude peut le suivre tout au long de sa vie. L’enfant roi, l’enfant capricieux qui ne veut qu’imposer ses volontés, n’écoute pas et ne pense pas au-delà du désir immédiat : il n’a pas appris…

À noter que nous vivons tous un peu dans une société où nos désirs sont mis au premier plan et la frustration est mal supportée. On veut tout, vite, et on tient beaucoup de choses pour acquises y compris l’autre. Si on veut apprendre à nos enfants les règles et le respect, il faut aussi le faire par l’exemple…

Au-delà de ces sujets, l’émission évoque beaucoup d’aspects fascinants du parcours et de la pratique de Dolto. Une phrase qui m’a particulièrement arrêtée évoque les patients du psychanalyste, qui ne viennent pas nécessairement pour être guéris, mais pour « être mieux dans leur peau ». Guérit-on vraiment de nos traumatismes ou de notre complexité ? On avance avec qui on est, notre histoire et notre parcours. Personnellement, m’identifiant comme une écorchée, j’aspire à progresser dans la vie en trouvant plus d’équilibre et, je l’espère, une certaine harmonie. Mais l’équilibre est toujours instable, et le bonheur une construction permanente. On peut guérir de ses traumatismes, mais pas de son moi intime ; les hypersensibles le restent.

Dolto pense aussi que le psychanalyste, face aux difficultés de l’enfant, ne fait pas tout — que c’est aussi et avant tout au parent de trouver les mots, avec de l’aide bien sûr. C’est tout le sens de son émission Lorsque l’enfant paraît. À se sentir trop désarmé, on se tourne bien vite vers la thérapie, en désirant bien sûr les meilleurs soins pour son enfant. Mais là où la simple parole suffirait à dénouer les nœuds, le parent peut reprendre toute sa place — celle du premier repère.

La praticienne pose enfin sur son époque des mots qui font déjà tellement écho à la nôtre. En l’entendant évoquer « le rythme de la presse », « la civilisation qui galope » et qui nous laisse étourdis, je ne savais pas s’il convenait de sourire ou de frémir un peu. Trente ans après, tout court et s’accélère. Dans une société de clivages qui vit de plus en plus au rythme des réseaux sociaux, je regarde le rôle de parent avec un respect mêlé d’appréhension. Transmettre ses valeurs, contribuer à construire un jeune être équilibré et armé pour la vie : plus les années passent et plus ce merveilleux défi me paraît ardu.

En même temps, chaque époque a eu ses bouleversements. « Madame Dolto dit parfois des bêtises », commentait l’intéressée en souriant : pas de certitudes, pas de dogme, juste des mots posés sur nos maux. On dit tous les bêtises, et encore heureux : on se trompe et on répare, on chute et on se relève. Nos enfants actuels ou à venir seront aussi magnifiques que ceux d’hier, avec tout notre amour pour les guider vers la lumière.

Quelques liens à méditer pour clôturer :

Quand Dolto fait polémique : quelques idées qui demeurent controversées

Un débat d’experts sur Dolto, l’enfant et le langage

Développement de l’enfant et troubles des mineurs

À suivre…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s