Chronique de lecture : Demain, je meurs d’Orianne Papin

Aujourd’hui, Demain, je meurs d’Orianne Papin.

Pascal Mignard est un perfectionniste. Les compromis, il s’y est toujours refusé ; à ses yeux, ce serait se trahir. Mais à force d’intransigeance, on peut finir par se retrouver seul… Petit fonctionnaire du Ministère de la Santé, simple rouage d’une grande machine, il doit bien se l’avouer, sa vie n’a guère de sens. Pourquoi continuer ? Pour quel avenir ? Une seule issue est cohérente pour un être animé par une telle soif d’absolu, lorsqu’il se découvre coincé dans une existence aussi médiocre : le suicide. Mais au moment de passer à l’acte, tout se complique et voilà qu’une circonstance extérieure vient bel et bien menacer sa vie. Que fera alors notre idéaliste ?

Ce petit roman est drôle et touchant, un portrait tendre d’un personnage décalé, un peu absurde et désarmant. Un mélange déroutant de conformisme et d’absolu, une démesure qui le tient à l’écart de tous les êtres qui l’entourent, dans leur consternante et si banale humanité. Quelle révélation pourrait lui rouvrir les yeux sur le monde autour de lui, découvrir le charme des choses imparfaites ? Il en faut beaucoup et peu à la fois… Très original et vraiment bien fait. À découvrir !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s