Chronique de lecture : Meurtres en majuscules de Sophie Hannah

Ça y est, je viens de finir ma lecture de Meurtres en majuscules de Sophie Hannah ! (Merci à Caroline de me l’avoir recommandé.)

Eh oui, c’est du Poirot sans Christie. Sophie Hannah, célèbre auteur de romans policiers britannique et inconditionnelle de la Reine du crime, s’est vu accorder par les héritiers de celle-ci la permission de reprendre le bien connu détective belge. Pour ce faire, elle s’est plongée dans les notes de la romancière et s’est vraiment attachée à être fidèle à l’esprit, et le résultat est une réussite : l’atmosphère est bel et bien là.

Dans cette enquête, Poirot vient à la rescousse de son ami l’inspecteur Catchpool pour traiter une troublante affaire : trois personnes sont retrouvées mortes dans trois chambres différentes du même hôtel, étendues sur le dos en une macabre disposition, un bouton de manchette portant de mystérieuses initiales enfoncé dans la bouche. Très vite, on remonte vers le petit village dont les trois sont originaires, et à une sombre affaire de calomnie qui obscurcit leur passé. Et puis il y a cette jeune femme aux abois qui, le soir même du meurtre, confessait à Poirot être condamnée à mourir bientôt pour expier un terrible péché…

L’intrigue est délicieusement tortueuse, et les principaux éléments qui font tout le charme d’Agatha Christie sont repris : la psychologie complexe des personnages et son importance dans l’intrigue, l’esprit anglais, notamment dans les petits villages, les rebondissements et détours qui baladent le lecteur dans un véritable labyrinthe. Le personnage de Poirot est vraiment bien rendu, dans toutes ses réactions. Catchpool est aussi le parfait archétype de son ami faire-valoir, bien que légèrement plus fouillé psychologiquement que ne l’était par exemple Hastings, un côté peut-être un peu plus « moderne ». Il y a de l’humour, une galerie de personnages pleins de sel, une multitude de détails à soulever. Un petit bémol : comme je l’ai dit précédemment, l’histoire est complexe et à force de fausses pistes et de fausses révélations, quand approche la révélation, on pourrait finir par s’y perdre un peu. Les Christie sont généralement plus « limpides » une fois l’écheveau débrouillé. Mais l’histoire reste assez bluffante, et une fois la lumière finalement faite, on tire son chapeau à l’auteur.

Bref, c’est vraiment assez bien fait ! Je le recommande à tous les curieux, ça vaut la peine d’essayer. Un bel hommage à la grande Agatha.

Je viens de lire très vite le petit bouquin Alerte Orange : Brooklyn Paradis de Chris Simon, alors je ferai un petit mot dessus assez rapidement. J’enchaîne avec la première partie de 99 filles d’Aurélien Poilleaux.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Chronique de lecture : Meurtres en majuscules de Sophie Hannah »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s