Critique de film : Gatsby le Magnifique (2013)

Voilà, j’ai à présent vu les deux versions de Gatsby le Magnifique.

Great Gatsby

Pendant la première moitié de la version moderne, j’avoue avoir été un peu déçue. Je m’attendais, surtout connaissant le réalisateur Baz Luhrmann, à ce que le film repose en grande partie sur l’esthétique et l’excès. (J’ai beaucoup apprécié la beauté visuelle de Moulin Rouge, mais n’ai pas énormément accroché à l’histoire, et je n’ai pas non plus beaucoup aimé Roméo + Juliette.) C’était le cas — et justement, cet excès était trop poussé à mon goût. Il est difficile de représenter de manière réaliste une époque ancienne tout en se livrant à une telle débauche de couleurs, de lumières et d’effets, et à mes yeux, l’impression générale était assez artificielle. J’adore le grandiose et les effets visuels, mais pendant toute cette partie, il m’a semblé que le grand spectacle supplantait un peu tout le reste. Dans l’appartement de Myrtle, la surcharge de couleurs me donnait mal aux yeux et la débauche ultra-soulignée, tout comme chez Gatsby, perdait un peu de son impact à force d’outrance. Trop d’exagération tue l’exagération.

Arrivée à la deuxième moitié, j’ai cependant commencé à apprécier davantage, comme les aspects les plus profonds et dramatiques de l’histoire se mettaient en place et prenaient le pas. Je n’ai pas été aussi sensible à DiCaprio et Carey Mulligan qu’à Redford et Mia Farrow, mais l’émotion était là malgré tout. Ce film fait ses propres choix et creuse certains aspects plus que d’autres, de manière parfois assez intéressante. J’ai par exemple apprécié l’accent mis sur Nick, sa position d’observateur, à la fois extérieur et intérieur à l’histoire, complice et entraîné dans les affaires comme les amours de Gatsby. Le film s’intéresse aussi aux conséquences psychologiques — dramatiques — que l’histoire a sur lui. Ce mal-être, comme la débauche précédemment, semble un petit peu romantisé. (Je ne suis pas certaine que tous les docteurs de l’époque aient fait des listes de symptômes gravissimes avec autant de complaisance avant de suggérer un travail thérapeutique par l’écriture, mais peut-être suis-je aussi marquée par La Cloche de verre de Sylvia Plath et ses séances d’électrochocs, ou bien l’internement de Marilyn Monroe…) Cependant, adorant l’aspect psychologique, j’ai trouvé fascinant d’explorer les conséquences de tout ceci sur Nick, personnage qu’on ne fait que deviner dans le roman et le précédent film. En fait, j’ai été presque plus émue par la relation entre Nick et Gatsby que celle entre Gatsby et Daisy. C’est un lien puissant, dévoué et véritable et non une bulle de rêve dorée, jaillie de son imagination « parfaite et irrésistible » et de ses aspirations idéalistes pour lui-même.

En fait, les aspects les plus intéressants de ce film m’ont vraiment donné l’impression de donner plus dans l’analyse de thèmes : là où la version de 1974 était dans l’émotion pure, dans toute sa puissance, celle de 2013 creuse la position de Nick, les affaires où trempe Gatsby, le thème de l’écriture et des mots, qui viennent retracer l’histoire, reconstruire un Nick perdu et brisé et redonner vie à un Gatsby abandonné de tous, en lui offrant l’éternité. (Cela rappelle un peu Francis Scott Fitzgerald, mort sans avoir connu le succès…) L’hiver glacial où vit à présent Nick contraste avec l’été éclatant, la débauche de couleurs et de sons avec le silence de la fin. La sonnerie du téléphone est omniprésente, obsédante, comme la lumière verte qui ouvre et referme le film.

Beaucoup d’analyse, beaucoup d’esthétique. Par moments un certain manque de naturel, à d’autres une profondeur intéressante. Surtout chez Nick et Gatsby, dans leurs parcours de vie. Ce n’est pas encore un film qui passera le test de Bechdel, même si je ne fais pas dans le cinéma militantiste. Tant qu’on y était, Daisy aussi aurait pu être un petit peu plus creusée. (Son lien douloureux avec Tom est cependant plus accentué que dans la première version, et son déchirement entre les deux intéressant à voir.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s