Chronique de lecture : Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald

Dernière lecture en date : The Great Gatsby de Francis Scott Fitzgerald (en VO).

Gatsby_1925_jacket

J’ai été saisie, dès les premiers mots, par le style de l’auteur. Ce livre m’a énormément plu, et m’a en grande partie fascinée par son esthétique. Il est extrêmement visuel et d’une grande intensité ; les fêtes déchaînées dans la nuit, la lumière verte du phare de la maison de Daisy, la voiture jaune rutilante, Gatsby flottant sur la piscine… Cette atmosphère de beauté et de décadence, ces mélanges d’ombre et de lumière sont réellement fascinants.

Et puis il y a la tragédie humaine. Nick, le narrateur, et sa maîtresse Jordan assistent à un véritable tiraillement amoureux, dans toutes les directions. Au centre de tout, il y a Daisy, la cousine de Nick, délaissée par son mari Tom qui multiplie les conquêtes. D’un côté, nous voyons Tom avec sa maîtresse Myrtle, la femme du petit garagiste Wilson, homme faible et apparemment insignifiant — une relation qui s’étale sans honte, avec une femme plutôt vulgaire. Et de l’autre se profile, petit à petit, Gatsby — l’hôte mystérieux, silhouette presque inconnue dans ses propres fêtes, l’homme au passé trouble sur lequel circulent toutes les rumeurs… et l’amour de jeunesse de Daisy, longtemps perdu, enfin retrouvé après des années de séparation, le mariage et la guerre. Nick et Jordan sont les spectateurs plus ou moins forcés, parfois les complices de ces idylles. D’abord Tom entraîne Nick chez sa maîtresse, puis c’est Gatsby qui l’approche dans l’espoir de retrouvailles avec Daisy par son intermédiaire… La scène où ils se revoient est réellement émouvante, pleine de maladresse, d’angoisse, puis d’une sorte d’évidence qui ressurgit très vite entre eux, un bonheur effréné, léger et irréel comme une bulle. Mais très vite la bulle éclate, lorsque Tom réalise l’attachement du couple, et tout s’enchaîne alors jusqu’au sommet de la tragédie…

Il y a beaucoup de choses à dire, et rien en même temps, car tant de choses se passent en ressentis, dans le charme indicible du style et des personnages, de l’atmosphère. Cette légèreté, encore une fois, cette décadence, un peu d’inconscience ; Daisy, nimbée de l’éclat de la jeunesse, de la beauté et de l’argent comme d’une aura ; le passé et le rêve qui se fracassent contre la réalité. Il y a le racisme de Tom, sous-jacent mais féroce, celui d’une époque aussi. Il y a la fille de Daisy, à peine aperçue, jamais nommée, l’enfant d’une enfant à qui personne n’accorde la moindre importance, qui semble irréelle aux yeux de Gatsby. Il y a cette diversité dans les amours — Myrtle et Tom, Tom et Daisy, Daisy et Gatsby, Jordan et Nick. Et le dénouement tragique (je me mords la langue pour ne rien dire de trop révélateur…). C’est un livre sublime ; je ne peux que le recommander, et absolument.

Dans ma lancée, je vais regarder les adaptations : autant que le film de 1974 que la version récente. J’ai commencé l’original, avec Robert Redford et Mia Farrow. J’adore vraiment pour le moment (oui, je regarde en plusieurs morceaux, temps oblige…). Je ne manquerai pas de laisser un petit mot sur ce que j’ai pensé de l’un comme de l’autre.

Influence fatale de la bande originale, j’avais « Over the Love » de Florence + The Machine dans la tête pendant une bonne partie du livre — j’adore cette chanson, tout comme « Young and Beautiful » de Lana del Rey, et toutes deux correspondent si bien à l’atmosphère. Je retombe aussi plus dans du jazzy avec Sting…

Je vais continuer un peu mon film et je vous souhaite une bonne soirée à tous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s