Chronique de lecture : Histoire d’@ de Laure Manel

Aujourd’hui, Histoire d’@ !

Histoire d’@ est un roman épistolaire qui se déroule entièrement sous forme d’e-mails. À la veille du Nouvel An, Mathilde reçoit un mystérieux message : un inconnu qui, au départ, refuse de se dévoiler avant de lui laisser deviner son identité. Frustration, énervement, curiosité piquée se mêlent, pour culminer dans l’émotion face à l’homme qu’elle va finalement redécouvrir : Cyril, ami de toujours… mais perdu de vue depuis des années, depuis une nuit d’amour qui avait complètement remis leur relation en question, et qu’il n’a pu assumer.

D’e-mail en e-mail, le lien se recrée. Le poids du passé, du passif, est considérable, ayant laissé des douleurs, des amertumes, des incompréhensions ; mais de l’eau a coulé sous les ponts, et Mathilde est à présent mariée, installée avec Guillaume dans une vie de couple harmonieuse. Quant à Cyril, parti quelques années à New York suite à leur « rupture », il y a rencontré l’explosive Johanna avec qui il entretient encore, à distance, une relation bien compliquée.

Dans cet échange si particulier, des comptes sont réglés et des explications données, des confidences échangées, la complicité renaît… et le trouble est là. C’est un équilibre instable entre amour et amitié, qui pose bien des questions sur les deux : où commence l’un, et où se termine l’autre ? Quel est vraiment le poids du passé et du présent, du virtuel et du réel ? Et quand le choix s’impose… Lequel sera vraiment le bon ?

Le sujet est traité avec justesse et une grande sensibilité, à travers les mots de ces deux personnages qui se cherchent, se tournent autour, se font du bien comme du mal, se perturbent et se soutiennent. C’est quelque part une histoire éternelle : appartient-on toujours un peu à son passé ? Y a-t-il une âme sœur, un homme ou une femme dans une vie, ou bien plusieurs amours différents, et dans ce cas lequel est le plus fort ? La flamme d’une passion vaut-elle le risque de bouleverser une vie établie, un amour solide — surtout, sera-t-elle durable ? Mais nous redécouvrons ces vastes questions à travers le regard de deux personnages simplement humains, à fleur de peau, et c’est ce qui donne à leur histoire, pourtant presque banale, toute son unicité. L’échange de messages fuse comme une partie de ping-pong, et le lecteur s’y laisse entraîner, saisi avec eux. (J’ai aussi adoré, les impatiences, les silences, l’aspect addictif de ce contact — réaliste et touchant.)

Parce que le monde ne tourne pas autour de Mathilde et Cyril, il y a autour d’eux tout un cadre émotionnel qui est également très habilement dépeint. D’abord les conjoints : Guillaume, l’époux avec lequel Mathilde semble si complice, loin au début de s’ennuyer, et Johanna, femme farouchement indépendante et plutôt difficile à vivre, avec qui Cyril a vécu et vit une relation très passionnelle, par instants un peu destructrice. Les deux n’hésitent pas d’ailleurs à se confier des choses sur leurs couples respectifs, à s’encourager par instants, se titiller à d’autres… Entre jalousie et amitié sincère, encore une fois, c’est un jeu d’équilibristes. De même quand Cyril se voit pour la première fois troublé par une autre femme encore. Les relations de couple dans toute leur diversité sont très bien représentées, sans oublier l’amitié : amitié masculine, ambiguë avec Cyril, totalement platonique entre Mathilde et un certain Antoine ; et surtout, amitié forte et très touchante d’un groupe de femmes qui se retrouvent pour cuisiner, rire, se faire des confidences. Chacune a sa propre histoire, son passé et sa personnalité, et réagit en fonction de son vécu aux confidences que leur fait Mathilde ; la manière dont celle-ci les évoque déborde d’amour. Ces femmes nous offrent également un autre regard sur la situation, assez appréciable vers la fin… Pour le lecteur, l’évidence, immédiate, c’est Mathilde et Cyril, tant leur lien renaît sous nos yeux avec force. Mais ses amies savent tout ce qu’elle a construit avec son époux Guillaume, et son bonheur ; pour elles, « Guillaume et Mathilde », c’est le couple idéal, uni et harmonieux… Alors qu’en adviendra-t-il ?

Enfin, un dernier aspect du cadre : Belle-Île, le nouveau foyer de Mathilde, pour lequel elle ressent un très grand amour. Ce lieu est décrit avec une véritable passion : Mathilde est une femme qui aime avec intensité, non seulement les êtres, mais aussi les lieux, chargés pour elle d’émotion et de sens. D’ailleurs, elle communique à Cyril comme au lecteur l’envie de découvrir ses amies, son île, son monde ; ses émois sont contagieux.

J’ai trouvé la fin très juste ; elle présente bien le choix qui s’offre à Mathilde, dans toute sa complexité, les bons côtés comme les difficultés. Le roman se referme sur une symbolique pleine de justesse, celle du dernier message… qu’y a-t-il derrière, je vous laisserai le découvrir si vous vous lancez dans ce livre que je ne peux que conseiller.

Du même auteur, j’ai ensuite lu la petite nouvelle À volonté, une escapade gastronomique… au style aussi délectable que son contenu 😉 (Disponible sur simple inscription à la newsletter de l’auteur, alors pourquoi se priver ?)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Chronique de lecture : Histoire d’@ de Laure Manel »

  1. Ping : Partenariats Livraddict | Guillemette Allard-Bares

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s